• English
  • Français

Domaine Tempier

Introduction à l'époque héroïque

Lucien restera dans l'histoire vinicole comme l'accoucheur fou du bandoI. Ce bandol, roi de la côte au pays des petits crus pirates. Une création . La passion d'une existence fiévreuse avec, au bout de cent combats, le regret de ne pouvoir mener
d'autres batailles «Sacré métier que celui de vigneron il faudrait deux vies pour bien le faire », s'exclame Lucien Peyraud (Art. PM Doutreland Revue du Vin de France et repris par DIVO juin 1985). Grâce â l'initiative et au dynamisme de Lucie et Lucien, de nombreuses manifestations ont été organisées au fil du temps Localement avecles mises en perce qui avaient lieu dans la cave avec de nombreuses personnalités.
La Confrérie de l'Ordre Illustre des Chevaliers de Méduse : confrérie ressuscitée en 1951 grâce aux vignerons de la région regroupés autour du Baron Henri de Rasque de Laval, propriétaire du Château Sainte-Roseline .
Plus largement avec les Paulées à Paris : à l'origine, banquet offert par le propriétaire aux ouvriers â la fin des vendanges. Pratique reprise par les vignerons de petites appellations dont les Ioins méritaient d'étre reconnus pour leur typicité.
Le Festival international du Jeune Cinéma de Hyères : créé en 1965 pour promouvoir un cinéma d'auteur en devenir et aider les jeunes cinéastes â se faire connaître. Cette promotion est née sur l'initiative de l'écrivain et animateur du ciné-club de la ville de Hyéres, Maurice Perisset et avait un impact national puisque le film qui remportait le prix était programmé dans une salle parisienne durant trois semaines. Ce festival avait fait des émules sur la région de Bandol
Les voyages : de part ses responsabilités syndicales, Lucien a efectué de nombreux déplacements, tant au travers de notre hexagone qu'â l'extérieur avec l'O.IV, dans le but d'élargir ses connaissances empiriques de la vigne et du vin. 
L'Ordre des Dames du Vin et de la Table : ordre féminin créé en 1983 qui a pour objet la mise en valeur des vins de France â travers la gastronomie, les produits régionaux et les arts de la table. A l'origine de la confrérie, quelques femmes au caractére bien allirmé, dont Lucie Peyraud, vigneronnes, restauratrices, gastronomes, sommeliéres et artistes en orfévrerie, partageant les mémes valeurs se retrouvent lors de nombreuses manifestations pour faire connaître les produits et savoir-faire français.

Chapitre I : Il était une fois, Lucien et Lucie...

Originaire de St Etienne, Lucien Peyraud, ingénieur agricole, rencontre au cours de l’été 1936 Lucie Tempier issue d’une famille marseillaise propriétaire d’un commerce de Cuirs et Peaux. Lucien, Lucie, …une prédestination ? Passionné depuis toujours par le métier de vigneron, Lucien réalise son rêve d’enfant en s’installant dans la propriété de sa belle-famille pour reprendre la culture des terres du Domaine Tempier. Lucien est amoureux de sa femme, du terroir de Bandol qu’il découvre et du Mourvèdre qu’il va transcender tout au long de sa vie. Le Mourvèdre, cépage traditionnel de la région, est détruit par le phylloxera en 1870 et remplacé, jusqu’en 1940 par des cépages plus productifs, tels que l’Aramon, le Carignan et l’Alicante. Artisan dans l’âme et fermement convaincu, il entreprit une véritable croisade auprès des vignerons. «Plantez du Mourvèdre» (voir chapitre Cuvée Classique) fut son leitmotiv durant des années pour redonner au vin de Bandol sa spécificité et sa grandeur. Le Mourvèdre a trouvé son terroir de prédilection tout en collines et restanques proche de la mer. «Faire le vin tel le paysage» comme le disait Lucien. Très vite il se lie d’amitié avec André Roethlisberger, ingénieur chimiste bernois, dégustateur-né, qui gère l’exploitation du Château Milhière. Là, il rencontrera le Baron Le Roy inventeur de la législation des Appellations d’Origine Contrôlée puis Georges Chappaz, inspecteur général - vice-président de l’INAO. Tous trois sont ardents défenseurs de la qualité des vins d’appellation. Grâce à ces relations, Lucien prend conscience des promesses que recèlent les vignes sur le terroir de Bandol. Il consacrera le meilleur de lui-même à la rénovation du vignoble de son beau-père et se fera l’apôtre de cette appellation naissante. Il en sera élu président pendant de nombreuses années. Après quarante ans d’efforts incessants, Lucien a vu ses objectifs se concrétiser : hisser «le Bandol» au rang des grands vins. Lulu est un personnage clé dans l’histoire du domaine. Partageant la même passion que Lucien, elle deviendra la grande ambassadrice de la vente des vins de la propriété. Entreprenante et communicative, elle parcourt une grande partie de la France pour faire déguster ses vins aux restaurateurs. Elle contribuera ainsi à la réussite commerciale du domaine et à la renommée du Bandol. Grâce à son sens de l’hospitalité allié à ses talents de cuisinière, Lucie a su séduire tous les hôtes de passage au domaine. Ses recettes typiquement provençales lui valent une belle renommée outre-Atlantique (voir chapitre Recettes). Pour Lulu et Lucien, la plus belle des récoltes est d’avoir eu sept enfants…

Lucien Peyraud Lucien Peyraud
Lucien et Lucie Peyraud, née Tempier Lucien et Lucie Peyraud, née Tempier
Lucien et Lulu Lucien et Lulu
Monsieur Blanc, ancien métayer du domaine Tempier Monsieur Blanc, ancien métayer du domaine
Jean-Marie, François, Fleurine, Marion, Colette, Laurence, Veronique Peyraud en 1958 Jean-Marie, François, Fleurine, Marion, Colette, Laurence, Veronique Peyraud en 1958
Lucien Peyraud
Lucien et Lucie Peyraud, née Tempier
Lucien et Lulu
Monsieur Blanc, ancien métayer du domaine Tempier
Jean-Marie, François, Fleurine, Marion, Colette, Laurence, Veronique Peyraud en 1958